Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film

Blog Archives

17 jan 2010 UN COUPLE EN EVOLUTION
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

bd nam3

11 jan 2010 MATHILDE
 |  Category: CINE BLOG  | 3 Comments

Pas d’article aujourd’hui pour cause de paternité.

Aujourd’hui, à 21h15 Mathilde est entrée dans ma vie.

Encore une femme de plus à aimer.

04 jan 2010 LE LIEVRE ET LA TORTUE
 |  Category: CINE BLOG  | One Comment

2010

C’est décidé, je reprends les footings.

Trop de repas, trop de kilos, piscine en travaux, neige, verglas.

Laborieusement, j’ai enfilé mon jogging.

Bravant le froid, et la grisaille j’ai quitté la maison.

J’ai rejoins le canal, un peu à reculons.

Puis j’ai  retrouvé mon rythme.

C’était agréable. J’ai eu envie d’augmenter la cadence.

Je repensais à 2009, et à tous les changements qui avaient eu lieu.

C’était une véritable année de transition pour moi. Le film, le bébé.

Les deux étaient encore en cours, et 2010 s’annonçait comme l’année de la concrétisation.

J’arrivais à Bobigny, sans avoir ralenti.  J’ai eu envie d’aller  plus loin.

J’ai bien senti ce cycliste qui pédalait derrière moi.

J’ai eu une petite lueur d’inquiétude, c’est vrai. .

Je me suis même décalé pour le laisser passer.

Allongé sur mon lit,  avec ma côte cassée, je feuillette un livre que m’avait offert OSS.

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».

29 déc 2009 LA TACHE
 |  Category: CINE BLOG  | Comments off

Je sais pas ce qui m’a pris.

Tout allait bien.

J’avais retrouvé ma mère de bonne humeur, récupéré ma casquette fétiche chez mon ingénieur du son, découvert deux bons films coup sur coup au cinéma, convaincu Oss de venir passer Noel chez mes parents, et même passé un moment agréable avec mon producteur.

La pièce du bébé était prête. Elle était presque parfaite. Il y avait juste trois petits trous aux murs.

J’ai dis à OSS que j’allais m’en occuper. Elle m’a dit de laisser tomber. Que j’en avais déjà fait beaucoup.

Mais j’ai voulu faire le malin.

J’ai attendu qu’elle sorte, et je suis descendu à la cave.

J’ai  récupéré l’enduit, la ponceuse, un pot de peinture blanche et des pinceaux.

Après avoir bouché les trous, j’ai passé la peinture.

Les raccords étaient invisibles. J’étais content de moi.

J’en ai  profité pour faire d’autres raccords dans la chambre à coucher, la salle de bain, et le salon. J’aurai bien continué mais il n’y avait plus d’autres pièces dans la maison.

Et puis Oss est rentrée.

D’abord elle a eu un doute.

Et puis, quand elle s’est mise à hurler, j’ai compris qu’il devait y avoir un problème.

Quand elle a crié que tout était foutu, parlant de catastrophe, de tâches vertes horribles sur le mur, de saccage de chambre d’enfant, de crime contre la paternité, j’ai compris que c’était grave.

J’ai regardé l’étiquette sur le  pot de peinture.

J’avais oublié que j’étais daltonien.

21 déc 2009 QU’UN SEUL TIENNE….
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

« Qu’un seul tienne et les autres suivront. »

C’est ce que je me suis dit en regardant le film.

Alors j’ai tenu.

Mais les autres spectateurs n’ont pas pu s’empêcher de quitter la salle pendant le film.

Les traîtres.

La famille Wolberg, je suis allé la voir en traînant des pieds. Pour faire plaisir à Oss.

C’est l’histoire d’un maire juif (à ne pas confondre avec une mère juive) qui aime trop sa femme, ses enfants, les habitants de son village. Il aime tout  le monde. Sauf les blonds. C’est normal. Il est juif.

Quand je suis sorti, je me suis dit que j’avais de la chance d’avoir une OSS, pour me faire découvrir des bijoux comme celui-là.

Le père de mes enfants. A priori, c’est moi.

Mais c’est aussi l’histoire d’un producteur de films d’auteurs. Il s’appelle Grégoire.  Il rappelle jamais les gens alors qu’il a deux portables.  Il trouve toujours le moyen de payer ses techniciens le plus tard possible. Mais à un moment, il en peut plus. Et il se suicide.

Là aussi, j’ai dit merci à Oss.

Elle a vraiment bon goût.

Dénicher deux bons films coup sur coup, c’est rare.

Maintenant, j’en étais sûr, le troisième serait le mien.

Il suffit de faire confiance à Oss.

15 déc 2009 UN PETIT MOMENT DE BONHEUR
 |  Category: CINE BLOG  | 3 Comments

Mon producteur a téléphoné.

Il venait d’avoir des retours intéressés d’Arte, et de quelques distributeurs importants à qui il avait parlé du projet. Il avait besoin d’une dernière version du scénario. Rapidement.

Avec ma scénariste, on a travaillé d’arrache-pied. Les choses nous paraissaient claires. Le  résultat nous a semblé très satisfaisant. Avec un brin de réserve toutefois…

On avait fait de mon producteur un personnage du film, et je n’étais pas sûr qu’il allait apprécier de se découvrir ainsi dans le scénario. En attendant sa réaction, j’ai pris quelques jours de repos avec OSS, dans sa famille à Lyon.

Un repos bien mérité.

Ma mère qui rentrait d’Egypte a appris que je ne serais pas à Paris le jour de son retour. Elle m’est tombée dessus. Elle pensait que je l’avais fait exprès pour ne pas aller la chercher à l’aéroport.

A Lyon, Oss s’est engueulée avec sa mère. Elle a fait mine de regretter d’être venue.

Ma belle-mère a commencé à se lamenter.

« Mon coeur c’est pas une serpillère ou chacun s’essuie les pattes sales ».

Elle était paniquée, depuis que son fils avait perdu sa carte d’étudiant.

Ah les mères.

Dans le train du retour, OSS m’a relancé sur le prénom du bébé. J’avais déjà réussi à repousser cette discussion depuis huit mois.

Il faut dire qu’Oss est exigeante : pas de prénoms arabes, pas de prénoms finissant en « a », pas de prénoms trop courts, pas de prénoms trop communs, pas de prénoms de gens qu’elle n’aime pas, et plutôt des prénoms médiévaux, ou « comptoir de famille »

Je ne pouvais plus me défiler.

Alors chacun a fait une liste de 10 prénoms.

Oss a regardé ma liste. Aucun ne lui plaisait.

J’ai regardé la sienne. Aucun de me plaisait.

Il restait encore deux heures de trajet.

Alors chacun a pris sur soi. Et au bout de quelques minutes, on a réussi à trouver deux prénoms qui nous plaisaient à tous deux.

Et puis un troisième prénom est arrivé. Naturellement. Qui ne figurait sur aucune des listes.

En une heure, nous avions trouvé trois prénoms  potentiels.

J’ai regardé Oss,  heureux. Je n’en revenais pas.

Le train filait, et je pensais à tout le chemin parcouru depuis qu’on était ensemble.

Elle m’avait fait évoluer.  Je l’avais fait évoluer.

Je me suis endormi, épuisé.

J’avais l’impression d’avoir accouché.

En arrivant à Paris, j’ai allumé mon ordinateur.

Je venais de recevoir un mail de mon producteur.

07 déc 2009 RUNNING MAN
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

J’ai enfin trouvé ce qui fait courir Namir.

Il en a fallu du temps pour mettre un mot sur sa quête.

Depuis, le film m’est apparu plus clairement.

« La Vierge, les Coptes et moi », c’est l’histoire d’un type qui croit qu’il a trouvé un super  sujet de film : sa mère a vu la Vierge dans une cassette vidéo.

Il a réussi à convaincre un producteur de s’engager sur le film.

Il pense qu’il va enfin devenir célèbre.

Sauf que lorsque le tournage démarre, sa mère ne se souvient plus avoir vu la Vierge.

Et là, les problèmes commencent.

Avec sa mère.

Avec son producteur.

Avec sa femme.

Et avec la Vierge.

Alors il ne reste à Namir qu’une seule chose à faire.

Courir vite.

01 déc 2009 QU’EST CE QUI FAIT COURIR NAMIR ?
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

J’ai démarré le  montage des scènes tournées cet été.  J’y ai cherché comment elles s’agençaient entre elles, et ce qui pouvait encore faire défaut au film. Afin de rectifier le tir pour la suite, et préparer au mieux  le tournage à venir.

J’avais cette immense liberté de pouvoir chercher mon film au montage, en ayant la possibilité de repartir ensuite en tournage.  Je sentais que c’était comme cela que j’allais trouver mon film.

En regardant le montage avec mon producteur, j’y ai découvert que je n’existais pas. C’est embêtant lorsqu’on est le personnage principal.

La plupart des cinéastes qui se mettent en scène se sont trouvés un personnage, qui n’est ni tout à fait eux-même, ni tout a fait un autre, mais qui est facilement identifiable. Chaplin dans ses films est un vagabond anarchiste,  Keaton un garçon sérieux qui ne sait pas exprimer ses émotions, Moretti un cinéaste politique vindicatif et obsessionnel, Avi Mograbi un juif narcissique et prétentieux.  Ils ont réussi à donner une cohérence à leurs personnages, qui traverse toutes les séquences.

Quant à moi, je n’avais pas encore trouvé ce qui rendait mon personnage singulier, et le caractérisait de manière évidente sur toute la durée  du film.

Une des scènes du film me montrait  en train de faire un footing avec les habitants de mon village. Je pensais que la scène serait drôle car elle montrait le décalage entre mon personnage et les villageois. Pourtant elle  ne fonctionnait pas.

Mon producteur en voyant la scène m’a demandé :  « Mais qu’est ce qui fait courir Namir ? »

L’enjeu de mon  personnage se trouvait dans la résolution de cette question.

Namir était il un professeur de sport qui voulait préparer les habitants de son village aux jeux olympiques ?

Un sportif de bas niveau qui voulait faire le malin devant sa famille ?

Un mécréant qui courait derrière une apparition de la Vierge ?

Un trentenaire obsédé par sa prise de poids ?

Un cinéaste qui voulait à tout prix réussir son film ?

J’ai rappelé ma scénariste et nous nous sommes remis au travail.

24 nov 2009 EN TRAVAUX
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Cette semaine a été consacrée à des travaux pour la chambre du bébé.

La chambre à coucher a été séparée en deux. La notre rouge, et celle du bébé violette.

J’ai voulu racheter de la peinture rouge pour faire les raccords de notre chambre. La vendeuse de Leroy Merlin nous a dit que cette peinture ne se faisait plus. J’ai donc du prendre une autre couleur. Du bleu.  Oss était inquiète de ces mélanges. En rigolant, je lui ai dit que notre chambre à coucher aurait deux couleurs, à l’image de nos deux personnalités.

En rentrant, Oss m’a fait remarquer que la couleur de la chambre du bébé violette,  correspondait au  mélange des deux couleurs de notre chambre.

Ah, quelle harmonie dans cette famille.

16 nov 2009 DES NOUVELLES DE MON PRODUCTEUR
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

« Grégoire,

Depuis notre discussion de la semaine dernière, je n’ai plus de nouvelles. Comme je te l’ai dit, je ne peux pas faire grand chose en ce moment, et c’est un peu en train de ruiner mon énergie sur ce film , pour lequel jusque là, je m’étais investi à fond. Cette attente sans nouvelles de toi, ni d’une quelconque avancée concrète sur le film m’angoisse. Nous nous étions promis lors de notre réunion de passer à la vitesse supérieure, et plus le temps passe, moins je sens que nous serons prêts à tourner ce film d’ici mars 2010.
Je sais que tu es pris par tes autres projets en ce moment, et ça me donne le sentiment que ce film ne fait plus partie de tes priorités.
J’ai besoin de sentir ton positionnement, et que dans cette période difficile pour moi, ton énergie puisse me donner les moyens de préparer la suite. »

« Namir,

Après réflexion,  j’ai envoyé le scénario d’Août à Canal + et Arte. Ca c’est concret. Maintenant je ne te cache pas qu’il est possible que les réponses soient négatives. C’est une éventualité. Mais je préfère ne rien te cacher. Ceci dit, je pense qu’on peut faire des trucs très bien en vidéo. Tu pourras trouver plus de liberté qu’en pellicule, et tu ne seras plus limité à trois boites par jour. Ca nous évitera de payer un assistant  caméra, et ça nous permettra d’économiser le cout  exorbitant de location du matériel. Aujourd’hui, on peut acheter un camescope dans le commerce pour presque rien. Il ne faut pas voir cela comme une contrainte, mais comme une formidable opportunité de pouvoir trouver ta liberté d’expression.  Je suis convaincu que c’est la meilleure solution pour que tu puisses réussir ton film.

J’ai effectivement pas trop le temps de discuter en ce moment. Cela dit tu te trompes lourdement si crois que ce film n’est pas dans mes priorités. Je te rappelle qu’on a dépensé beaucoup d’argent dessus. Il est absolument impensable que ce ne soit pas une priorité pour moi.
Bien au contraire, ça m’occupe, je cogite.
A + »

09 nov 2009 MAIS OU AI-JE DONC LA TETE ?
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

ouaijelatete2

02 nov 2009 LA VITESSE SUPERIEURE
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

J’ai décidé de me remettre à conduire.

Cela faisait des mois que je le disais, sans jamais oser franchir le pas.

Pour la première fois, j’ai pris le volant, seul.

J’ai pris le périph, sous la pluie et suis allé voir mon père.

Quandje lui ai dis que j’étais venu en voiture, il a été admiratif.

- Toi, tu es déterminé. Quand tu décides quelque chose, tu le fais. C’est bien.

- Je n’ai plus le choix maintenant, je vais être papa, j’ai des responsabilités.

Il m’a demandé ou en était le film. Je lui ai répondu que tout se passait bien, qu’il fallait attendre.

Quelques jours auparavant, j’étais dans le bureau de mon producteur.

« Maintenant, il va falloir passer à la vitesse supérieure… »

Il avait l’air sûr et déterminé.

« Je vais m’occuper de démarcher les distributeurs et les chaines de télévision. Pour qu’à Noël on ait toutes les réponses. Et qu’on puisse envisager un tournage en mars 2010 ».

C’était rassurant de l’entendre parler.

Aussi, je n’ai pas osé lui demander si ça voulait dire que jusqu’à maintenant,  il  n’avait encore  rien entrepris sur ces questions. Ou qu’il avait eu des réponses négatives dont il ne m’avait pas parlé.

J’ai commencé à envisager que peut-être il n’obtiendrait pas les financements sur lesquels il comptait.

Que le film ne se ferait peut être qu’avec l’avance sur recettes.

Qu’au lieu de huit semaines de tournage, nous en aurions que quatre.

Que nous serions peut-être contraints de tourner en vidéo.

Et qu’en attendant, il allait falloir que je m’occupe.

En rentrant, je me suis retrouvé dans les embouteillages. Je regardais tous ces conducteurs autour de moi, en me disant que ça y est maintenant, j’étais l’un des leurs.

J’ai voulu passer à la vitesse supérieure. La voiture a calé. Je m’étais mis au point mort.

26 oct 2009 LA REGION A DIT NON
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Lundi

Mon producteur est venu chez moi.

Il a regardé les rushes. Il n’a pas dit grand-chose. Puis il est parti. Il avait besoin de quelques jours pour méditer sur ces images. En partant, j’ai réalisé que  je ne lui avais même pas proposé un café.

Mardi

J’ai appelé les assedics. Il manquait des documents pour compléter mon dossier. Je les avais pourtant déposés chez eux la semaine précédente. C’est  la troisième fois que des courriers se perdent chez eux.  Le conseiller vérifie. Il a bien mes attestations. Il m’explique alors qu’il y a un problème informatique. Je lui demande pourquoi il m’a d’abord dit qu’il manquait des éléments. C’est à cause du problème informatique. Je lui demande de saisir mon dossier. Il n’a pas la main dessus. Mon dossier a été envoyé dans un autre service. Il me conseille d’attendre patiemment.

Mercredi

Je termine un  petit montage pour un atelier que j’ai animé dans une maison d’arrêt. J’aime bien ce contact avec le monde de la prison, et le dialogue avec les détenus. L’un d’eux, après avoir vu un court-métrage sur des gamins des rues m’a dit : « Y en a qui ont vraiment pas  de chance dans la vie ».

Jeudi

- Namir, qu’est ce que ta ceinture fait dans la bibliothèque ?

- Elle me sert plus à rien. Je l’ai mise en relique.

- Oui, ben tu ferais mieux de te mettre au régime ou de la ranger à sa place. Tu as des nouvelles de ton producteur ?

- Il a appelé cet après-midi. La Région a dit non.

- La Région ?

- Oui. L’île de France. On avait fait une demande d’aide à la production.

- Mince. Ils ont dit pourquoi. ?

- C’est le résultat d’un vote confidentiel. Ils refusent de  communiquer dessus. Ils ont juste dit que ça n’avait rien à voir avec le scénario.

- Avec quoi alors ?

- J’en sais rien. Tout ce que je sais c’est qu’ils ont dit non.

- En même temps, ce n’est pas étonnant,  ils aident surtout les gros films.

- Et les gros réalisateurs ?

- T’es bête !

- La commission est  composée à moitié de politiques, mais quand même, ça fout les boules.

- Ca sert à rien de tourner en rond. Il faut aller de l’avant. C’est quoi la prochaine étape ?

- J’en sais rien. Mon producteur semblait un peu perdu. Il m’a parlé des rushes. Il veut qu’on commence un montage. Mais il a plus d’argent. Il a l’impression de ne plus savoir où va le film.

- Aie…

- Tu as peut-être raison. A partir de demain, je commence un régime.

Vendredi

En attendant que les choses avancent, j’ai  commencé à travailler sur un nouveau projet.

21 oct 2009 A DEUX
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Depuis quelques temps, avec Oss, on sort beaucoup.

Tout le monde nous dit de profiter de nos derniers moments à deux.

Alors on essaye.

Tous les soirs, on écoute un CD ensemble.

Et on sort.

Cinéma, cirque, concert, expositions.

Je suis un autarcique, Mademoiselle Chambon, Mère et fille, Le ruban blanc, Huit et demi.

On arrive même à être d’accords sur des films.

On n’a jamais été aussi proches.

Enfin, de jour…

IMG_3395 copie

13 oct 2009 UN DERNIER NABAB AU CHOCOLAT
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Les raisons de ma paresse de ces derniers jours ne sont pas à chercher dans mon enfance.

La vérité, c’est que j’ai reçu la nouvelle Dartybox THD. Pendant un mois, j’ai droit à toutes les chaînes de cinéma gratuites.

Du coup, je me couche à deux heures du matin, je mange du chocolat, des figues, et de la glace à la vanille en zappant sur les 448 chaines de ma Darty Box.

Avant d’aller dormir, je progamme tout ce qui ressemble à du cinéma,  et au réveil je regarde tout.

J’ai ainsi pu voir un making of réalisé par Costa Gavras dans lequel mon ingénieur du son tenait le rôle principal. (mon ingénieur du son, vous ne le connaissez pas, il était debout sur la photo du camion, mais je l’ai supprimé sur Photoshop. )

Mais pardessus tout, les vieux classiques.

Quel bonheur de revoir « le trésor de la Sierra Madre » de Huston, les films de Pierre Zucca, de William Wellman,  de Lubitsch et de découvrir « le dernier Nabab » d’Elia Kazan.

Ca fait du bien de temps en temps de revoir des chefs d’oeuvres, et de se rappeler pourquoi on fait des films.

Evidemment tout ça à un prix.

Quatre kilos sur la balance. Et il me reste encore trois semaines…

nabab copie

07 oct 2009 JOYEUX ANNIVERSAIRE NAMIR
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

- Allo Namir. ça va ?

- Oui  maman. Et toi, tu es contente en Egypte ?

-  Oh…. Et ton film, tu en es où ?

-  Ca suit son cours…  On est en attente…

- Attendre ? Pourquoi ? Namir tu es en train de t’endormir. Il faut pas laisser traîner les choses…

- Tu sais,  ca ne dépend pas que de moi.

- Oh la la….  A mon avis, Namir, tu devrais mettre ce film de côté  maintenant que les choses sont lancées, et commencer à travailler sur un autre film.  Un vrai film  avec des acteurs.

- J’y pense, tu sais.

- Il ne suffit pas d’y penser, Namir. Il faut le faire. Maintenant. Mais ne perds pas de temps à écrire un nouveau scénario. Tu y passeras encore des années. Choisis un roman, achète les droits, et filme le.  Tu as 35 ans maintenant !  35 ans, c’est quelque chose… et tu vas être papa en plus…  ah oui… au fait… joyeux anniversaire… je t’embrasse mon chéri.

capture skype copie

06 oct 2009 EN GREVE
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Si j’étais de mauvaise foi, je dirais qu’il n’y a pas d’article cette semaine, à cause de la grève des facteurs.

Mais ce n’est pas parce que mon  facteur est un naze, et qu’il m’a déjà perdu plusieurs lettres que je dois l’accuser d’avoir perdu un courrier que je n’ai en fait jamais écrit.

Alors en attendant, regardez bien cette photo.

Il y a un trucage dedans.

Quand vous l’aurez trouvé, j’écrirai mon prochain article.

IMG_8267 sans julien

P.S. : la réponse n’est pas dedans…

28 sept 2009 Dimanche
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Ca y est.  Les rushes sont enfin synchronisés.

Malgré les problèmes de laboratoire, de logiciel de montage qui ne gère pas bien le 24 images seconde, de la salle de montage qui n’est pas libre, de l’Aaton code qui fait des caprices, l’assistante monteuse a réussi à finir à temps pour la projection.

J’avais fixé une date de projection où tout le monde était libre.

Mais le producteur est parti au Brésil.

Le chef opérateur n’est pas rentré du Vietnam.

L’assistant caméra est resté en Corse.

L’ingénieur du son à New York.

Et la scénariste est restée coincée à Barbes.

Il faut dire que c’était dimanche.

Il me restait plus qu’à les regarder tout seul.

Ou  à aller prier à l’église.

Mais mon  église est fermée le dimanche.

On a sonné à la porte.

C’était la monteuse.

Elle venait voir les rushes.

On les a regardés avec attention. Je lui faisais la traduction.

Certaines scènes qui semblaient essentielles pendant le tournage  m’ont paru anecdotiques au visionnage. Et d’autres, totalement improvisées se sont révélé contenir le corps du film.  C’est ça qui est chouette dans les rushes :  lorsque le film se révèle là où on ne l’attend pas.

La monteuse  était très concentrée.  On a vu la moitié des rushes.

Puis en partant elle a dit que c’était bien.

Il faudra que je pense à le dire à l’équipe.

21 sept 2009 10 MINUTES
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

La vie d’un cinéaste est faite de frustrations et de joies.

Mais que serait la joie sans la frustration ?

Et quel serait le plaisir de retrouver ses rushes, sans le  risque de les avoir perdus.

On redoutait comme la peste les rayons X de l’aéroport du Caire, c’est finalement le laboratoire qui aura eu raison des rushes.

Un laboratoire très comme il faut.

Qui nous a expliqué que ça arrivait parfois que la pellicule casse dans les bains.

Que c’était peut être du fait d’avoir séjourné dans un pays chaud.

Ou simplement à cause de la fragilité de la bande.

Et voilà comment dix minutes de film ont finalement coulé dans les bains de chimie de LTC.

pellicule1 copie

Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que les pellicules n’étaient pas passés au rayons X.

Aussi j’ai décidé de faire comme Scapin.

Chaque fois qu’en revenant de voyage, il prenait le chemin de la maison, il imaginait le pire : ses parents écrasés par une calèche,  sa maison en fumée, sa femme qui le trompe avec le régiment de pompiers,  sa fille violée par un berger espagnol… et quand, arrivant chez lui, il découvrait qu’il s’était fait cambrioler, il poussait un soupir de soulagement en s’exclamant à quelle point la vie était belle.

Avant de reprendre ses fourberies.

Je m’assois devant mon écran et regarde pour la dernière fois ces images qui ne feront jamais partie du film…

Ah.. Dieu que la vie est belle….

13 sept 2009 MA MERE
 |  Category: CINE BLOG  | 3 Comments

Mercredi, je suis allé rendre visite à mes parents. Je n’y vais jamais en semaine. D’ailleurs ça faisait un moment que je n’y étais pas retourné.

En voyant ma tête,  ma mère n’a même pas eu la force de me faire des reproches. Elle était vraiment triste pour moi. Cette mésaventure avec le film avait au moins un mérite : celui de nous rapprocher. Même mon père était de mon côté.

Ma mère voulait partir en Egypte avec mon père. Il rechignait. Impossible de savoir pourquoi. Il dit jamais ce qu’il a au fond du cœur, Waguih. Moi ça m’arrangeait pas trop qu’elle parte. Ca changeait mes plans par rapport à mon film, mais elle avait l’air vraiment décidée.

Elle hésitait juste sur la date du départ.  Puis elle a vu un  billet sur Egyptair  à 330 euros.  Ce dimanche.

Jamais je l’ai vue prendre une décision aussi rapidement.

Tant pis pour Waguih. Elle partait seule.

Puis elle s’est tournée vers moi :

« Namir, t’inquiètes pas pour tes rushes. Puisque Studio Masr est incapable de  te les renvoyer, je vais m’en occuper. Ils reviendront  sans passer par les rayons X. Je connais l’ancien patron de l’aéroport du Caire. Il était dans l’aviation avec Moubarak. Il doit pouvoir nous arranger ça. Quant à Studio Masr, je vais m’occuper d’eux. Non mais pour qui ils se prennent ! »

J’ai souri en pensant au bordel que ça pourrait provoquer. Puis j’ai essayé lui faire comprendre qui’l fallait faire confiance à mon producteur, il faisait tout pour récupérer les rushes dans les meilleurs délais.

«  Si tes rushes ne sont pas arrivés avant samedi, pourquoi on partirait pas les récupérer ensemble ?  Je te paye ton billet »

Je lui ai dit que j’allais réfléchir, que j’avais encore trois jours pour me décider et lui ai souhaité bon voyage . Sur le trajet, j’étais triste en pensant à ma mère. Quand elle fait pas de reproches, c’est que vraiment elle va pas bien.

Une heure plus tard, j’avais un mail de mon producteur : Les rushes venaient d’arriver au laboratoire, à Paris. On ne savait pas encore dans quel état se trouvait la pellicule, ni si elle avait été exposée aux rayons X. Il fallait encore environ une semaine, le temps du télécinéma pour le découvrir. Mais au moins elle était là.

J’ai appelé ma mère pour lui annoncer la bonne nouvelle, et la remercier de son soutien.

«  Je t’avais dit Namir… tu aurais du me laisser gérer la production de ton film !  »

J’avais retrouvé ma mère.

bébé0008

13 sept 2009 PROJECTION « TOI WAGUIH » AU CHAT NOIR
 |  Category: RENDEZ-VOUS  | Leave a Comment

Lundi 14 septembre à 20h30

Ciné-club du Chat Noir

76 rue Jean-Pierre Timbaud / Métro Parmentier

http://auchatnoir.free.fr / Entrée 3 euros

Nous accueillons deux auteurs de courts-métrages, Kartik Singh et Namir Abdel Messeeh, qui dévoilent chacun à leur manière l’inquiétante étrangeté de l’autre dans une communauté soudée par des codes, des lois, une religion, l’Histoire.

Le petit Ravi, sikh (Saving Mom & Dad) est confronté à la peur de l’enfer chrétien. Une jeune femme musulmane, voilée, est prise à partie dans une salle de classe pour ce symbole qui heurte la laïcité de l’institution (Français-langue-étrangère). Un égyptien, communiste, est emprisonné cinq années pour ses convictions politiques (Toi, Waguih). Fictions ou documentaires, les films interrogent, figurent, les traces d’un exil ancien, d’une différence jamais comblée et qui cherche à se formuler dans le monde d’aujourd’hui.

Saving Mom & Dad, Kartik Singh, 2008.

Ravi vit aux Etats-Unis et va à l’école.  Là-bas, on lui apprend que ce n’est qu’à travers Jésus qu’on peut aller au Paradis. Ravi est bien embêté car ses parents, Sikhs, ne deviendront jamais Chrétiens. Mais jusqu’où ira Ravi pour sauver ses parents ?

Saving Mom & Dad (35mm, 14’20’’, angl. STF) a plus de cent sélections à son actif, et a reçu quatorze prix nationaux et internationaux. Il est produit par Romain Bisseret, Julien Monestiez et Kartik Singh. Cadre : Christophe Larue. Montage : Louise de Prémonville. Son : Alexis Jung. Avec Aditya Bhagirath, Joachim Staaf, Nirupama Nityanandan et Kartik Singh.

Toi, Waguih, Namir Abdel Messeeh, 2005

toi waguih

« En 1959, en Egypte, plusieurs milliers de communistes furent arrêtés et envoyés dans des camps de prisonniers. Parmi eux, il y avait Waguih, mon père. Waguih ne fut relâché que cinq ans plus tard, ayant toujours refusé de renier ses idées. C’est un sujet dont nous avons peu parlé ensemble. Simplement parce qu’il ne parle pas beaucoup de lui. J’ai hérité de cette pudeur, mais aujourd’hui je veux qu’il parle. Je veux que l’on se parle ».

Namir Abdel Messeeh

Toi, Waguih est un film documentaire d’une durée de 29 minutes. Il est produit par Alter ego Productions. Image :  Nicolas Duchêne. Son :  Cédric Deloche. Montage :  Albertine Lastera. Il a reçu 7 prix dans divers festivals de cinéma.

Une soirée présentée par Avril Dunoyer, Fanny Minvielle et Loïc Barché.

08 sept 2009 L’impasse
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Cela fait aujourd’hui quinze jours que l’équipe est rentrée d’Egypte.

Et les rushes n’ont toujours pas quitté le Caire.  La pellicule n’a pas encore été développée, et reste sensible à la chaleur. Chaque jour qui passe augmente son risque de détérioration .

J’ai envoyé un mail incendiaire à Studio Masr.

Mon producteur m’est tombé dessus. Il m’a demandé de le laisser faire son travail, de faire confiance aux autres, de me reposer et de ne plus me mêler de rien.

Alors depuis, je ne fais plus rien.

02 sept 2009 Retour d’Egypte
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Cela fait maintenant une semaine que je suis rentré d’Egypte.

Epuisé. Au point de m’endormir trois ou quatre fois par jour.

A chaque réveil, j’étais persuadé d’être  encore en Egypte et ne comprenais pas pourquoi des gens parlaient en français autour de moi.

Puis j’ai commencé à me réhabituer à la France.

Et à ne plus dormir du tout.

Il faut dire que la pellicule est restée en Egypte.  On n’a pas pu la ramener avec nous à cause des rayons X de l’aéroport qui risquaient de la voiler.

On a donc laissé nos images  à Studio MASR, pour qu’ils nous l’envoient en cargo-avion.

J’attends toujours.

Alors, la nuit, plutôt que de dormir je repense à tout ça.

En me disant que, dans le pire des cas, il me restera au moins mes souvenirs.

10 août 2009 SUR LA ROUTE DES PHARAONS
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Ca y est.

Je pars en Egypte ce midi.

Sauf imprévu de dernière minute.

Hier soir, encore, tout a failli être annulé.

A chaque fois, je me demande ce qui peut arriver de pire.

Et je trouve encore.

Donc tout va bien.

C’est peut être ça, avoir la foi.

museecaireakhena

10 août 2009 MON CHEMIN VERS LA VIERGE
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Comme toujours, dès que je filme une scène, rien ne se passe comme prévu.

D’où l’intérêt de prévoir.

Il y en a que ca inquiète, moi  je trouve ça  bien.  Je n’arrive pas à plier la réalité à mes désirs.  Les choses me résistent. On peut dire que je suis un cinéaste qui rate tout ce qu’il filme. Moi je dis que je réussis à mettre en scène mes échecs pour en faire des choses intéressantes.

Ca, c’est bien.

Ce qui est moins bien, c’est que je suis en train de me brouiller avec tout le monde.

Mon producteur est furieux contre moi parce que je n’ai pas respecté le cadre que nous avions fixé ensemble.

Ma mère est en colère contre moi, parce que je lui ai dit que son appartement était plein de cafards.

Ma compagne m’en veut de ne penser qu’à mon film.

Et moi je me rends compte de rien.

Ma mère m’avait prévenu :  » Si tu dis du mal de la Vierge, tu auras des problèmes. Mais peut-être qu’au fond c’est elle qui t’appelle… »

C’est sûrement ça.

Sauf que mon chemin vers la Vierge est parsemé d’embûches.