Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2010 » septembre

Archive for ◊ septembre, 2010 ◊

27 sept 2010 POUR FAIRE DU TRI DANS SON SALON
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

J’ai entendu un bruit de verre brisé.

La petite commençait à se déplacer à quatre pattes.  Il fallait faire de l’espace dans l’appartement.

j’ai voulu me débarrasser des livres inutiles qui encombraient le salon.

Il y avait toute une pile d’essais volumineux. Je me suis rendu compte que je n’en avais lu aucun.

Ca fait bientôt quatre ans que je ne lis plus.

Mais je continue à acheter des livres.

Parfois même, je vais à la bibliothèque, j’emprunte des livres que je ne lis pas. Puis je les rends avec quinze jours de retard.

Je me suis mis à feuilleter un essai, puis un deuxieme, puis un troisième.

Ils avaient tous l’air passionnants. Ca m’a donné envie de me remettre à lire.

Je n’ai pas pu me résoudre à en jeter un seul.

Du coup, j’ai réorganisé tout le salon.

Ça me prend tous les quatre mois. J’ai besoin de déplacer  mon mobilier, et changer mon bureau de place.

Peut-être pour me donner l’illusion que ma vie a changé.

Ou alors parce que je crois qu’il existe une combinaison parfaite.

Hier, j’ai eu l’impression de l’avoir trouvée.  J’étais heureux.

Puis je me suis rendu compte que j’étais revenu au même agencement qu’il y a deux ans.

Pendant ce temps, la petite, elle, avance.

Quand je me suis retourné, elle était arrivée devant la bibliothèque.

Elle tenait un livre entre ses mains.

Tout en me regardant en souriant, elle en arrachait les pages une à une.

Il va falloir que je me mette à la lecture. Et rapidement.

19 sept 2010 LA VIERGE
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

vierge2 copie

13 sept 2010 RETOUR D’EGYPTE
 |  Category: CINE BLOG  | 4 Comments

Toute l’équipe venait de passer les visas.

Oss et le bébé, qui nous avaient rejoints la dernière semaine,  m’attendaient de l’autre côté du poste. Après deux mois de tournage, nous allions rentrer chez nous.

Je suis arrivé devant l’officier, souriant. Il a regardé mon passeport français.

- Mr Abdel Messeeh ? Vous êtes d’origine égyptienne ?

- Oui.

- Puis je noter le nom de votre père ?

- Bien  sûr. Il s’agit de Mr Waguih Simon Abdel Messeeh.

J’étais content de parler avec lui en arabe. Il a noté cela consciencieusement sur sa fiche.

- Vous n’avez pas de visa d’entrée ?

- Si… il est sur mon passeport égyptien. L’officier s’est trompé en mettant le tampon…

Je lui ai tendu mon passeport égyptien, souriant.

- Ce passeport est périmé.

-  Je sais… il faut que je le fasse renouveler….

- Votre visa n’est pas valable.

- Mais…le visa est daté… l’officier  s’est trompé et … j’ai mon passeport français

- Ce visa figure sur un passeport périmé. Je ne peux pas vous laisser sortir. Quelle est votre situation par rapport à l’armée ?

- Ma situation ?

- Cela fait plus d’un an que vous êtes en Egypte.

- Mais enfin, ce visa d’entrée date de deux mois.

- Vous êtes tenu de présenter un papier de l’armée égyptienne clarifiant votre situation. Avez vous ce papier ?

- Non.. .enfin…  je suis français… j’ai 35 ans… je suis exempté de service en Egypte…

- Je suis désolé.  Nous allons annuler votre billet d’avion. Vous allez vous présenter immédiatement au commandement militaire. Et partir effectuer votre service.

- Comment ?Mais c’est impossible… je…

- Je ne peux pas vous laisser passer. Si vous voulez, vous pouvez toujours discuter avec l’officier supérieur à l’accueil de l’aéroport. Vous règlerez ça avec lui.

Il m’a tendu la fiche sèchement.

- Je peux laisser mes bagages ici ?

- Je vous conseille de les prendre avec vous.

J’ai regardé ma femme et ma fille, qui me souriaient de l’autre côté du poste. Elles m’ont vu faire demi tour, sans s’inquiéter.

Lorsque je suis arrivé devant l’officier supérieur,  avec ses lunettes de soleil, ses épaulettes, j’ai compris que la situation était très compliquée.

En tant que français je ne m’étais jamais senti réellement menacé par les militaires égyptiens.

Sauf que là, c’était ramadan. Il faisait chaud. J’étais chrétien. Il avait l’air de mauvaise humeur. Et mon destin était entre ses mains.

Il m’a écouté tout en continuant son trajet, puis m’a ordonné de me rendre à l’armée régulariser ma situation.

J’ai fait des courbettes dans tous les sens pour le convaincre que je n’étais en Egypte que depuis deux mois, que l’officier s’était trompé de passeport lorsqu’il avait tamponné mon visa, que j’étais né en France, que je ne connaissais pas l’Egypte, et que je devais rejoindre ma mère qui avait eu un accident.

Au bout de dix minutes, qui m’ont paru les plus longues de ma vie, il a mis un mot sur ma fiche, l’air contrarié.

Je ne me suis senti soulagé qu’après avoir passé le poste, et rejoint l’équipe.

Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti ce que c’était que d’être égyptien.

Plus jamais je ne répondrai en arabe à un officier.