Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2010 » juin

Archive for ◊ juin, 2010 ◊

28 juin 2010 PROBLEME DE POIDS
 |  Category: CINE BLOG  | 2 Comments

J’ai bien cru que tout allait s’arrêter.

Un avocat, deux juristes, un agent, une productrice, une mère, une soeur, une équipe et  une prière à la  Vierge  plus tard, on est arrivés à une solution.

Celle de faire le film.

Et vite. Dans 5 jours  je suis au Caire.

Le problème maintenant, c’est le temps.

Et le poids.

46 kilos.

C’est le maximum autorisé par Egyptair.

Pour deux mois de tournage, c’est pas beaucoup.

Et les égyptiens ne plaisantent pas avec le surpoids

Il va falloir que je renonce à certaines choses, si je veux vraiment faire ce film.

DSCF9232

20 juin 2010 LA PAROLE AUX LECTEURS
 |  Category: CINE BLOG  | 10 Comments

Chers lecteurs,

Je ne sais plus très bien quoi faire avec ce blog.

Certains trouvent que je me tire une balle dans le pied en l’écrivant,

et que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

D’autres le trouvent drôle. Peut-être même utile.

A vrai dire je suis un peu perdu.

Aussi, j’ai besoin de vos conseils.

J’aimerais avoir votre avis.

Lire vos remarques, vos critiques ou vos encouragements.

En attendant que je décide de la suite.

15 juin 2010 L’ARBITRE
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

J’étais dans l’impasse. Et je ne voyais plus qu’une solution.

Ma mère.

Je lui ai demandé d’ intervenir, pour résoudre les problèmes qui compromettaient l’avenir du film.

Elle m’a dit : « Ne t’inquiètes pas mon fils, je prends les choses en main. Laisse moi faire. »

Et je l’ai laissée faire.

Au bout de quelques jours, elle a jeté l’éponge.

Elle m’a dit qu’il était hors de question qu’elle vienne avec moi en Egypte.

Ou qu’elle se mêle de près ou de loin à l’aventure de ce film.

Je lui ai expliqué que sans elle, mon film n’existait plus.

Elle a eu mal au coeur, mais m’a prévenu.

Il fallait peut-être que je me prépare à renoncer à ce film.

Et à passer à autre chose.

De toute façon, elle ne voyait plus qu’une seule solution.

La Vierge.

Alors, elle est partie à l’église.

Et elle a supplié la Vierge d’intervenir sur le champs.

Soit pour que le film s’arrête à tout jamais.

Soit pour que la situation se débloque le jour même.

Et croyez moi ou pas, au même moment, où ma mère priait à l’église,

mon portable a sonné.

et devinez qui était au bout du fil ?

07 juin 2010 LE FEU VERT
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Tous les coureurs sont sur les starting-blocks, prêts à bondir.

Le stade retient son haleine.

Je suis sur la piste, attendant le feu vert. Je porte le maillot numéro 10.

L’arbitre crie  » A vos marques »

On se met tous en position.

« Prêts… »

12 paires de jambes se fléchissent,  simultanément.

3 secondes …

Les athlètes sont sur le qui vive.

5 secondes…

10 secondes…

Je sens un picotement dans les doigts…

30 secondes…

Mes bras commencent à me faire mal.

2 minutes

Mais que fait l’arbitre ? Pourquoi ne donne-t-il pas le top départ ?

5 minutes.

Mon voisin montre des signes d’impatience évidents. Il ne faut pas que je me déconcentre.

Mes jambes se mettent à trembler.

25 minutes.

Je dois perdre la notion du temps.

3 heures.

C’est sûrement une stratégie de l’arbitre pour nous déconcentrer. Il faut que je tienne…

5 heures

Et s’il avait donné le signal du départ sans que je n’ai rien entendu ? Non, ce n’est pas possible…

09 heures

J’entends mon voisin s’effondrer. Il a sûrement tourné la tête vers l’arbitre…

11 heures

Il fait nuit maintenant.  Je suis seul sur le stade.

Mes soupçons deviennent une certitude. L’arbitre est rentré chez lui.

Cela ne doit pas m’affecter.

Je sais que l’arbitre reviendra. Je veux être prêt.

Ca y est, je vois les premiers rayons du soleil.

Il ne devrait plus tarder…

Mes paupières se font lourdes… j’aimerais  fermer les yeux…. juste quelques secondes.

J’ouvre les yeux. Je suis dans mon lit.

Il est 7h30.

La nuit a été épuisante.

Hier soir, le directeur de production du film m’a écrit. Il m’a expliqué que nous étions à deux doigts de démarrer le tournage de mon film.

Il attendait juste le feu vert de la production.

Il a oublié de me préciser ce qui manquait pour que la production donne son feu vert.

J’espère que ce n’est pas l’arbitre.