Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2010 » mai » 31

Archive for mai 31st, 2010

31 mai 2010 DE NOUVEAUX LECTEURS
 |  Category: CINE BLOG  | One Comment

Toutes les semaines depuis un an et demi, je m’impose d’écrire un nouvel article sur ce blog.

Plus le temps passe, plus l’exercice devient compliqué.

D’abord parce qu’il est difficile d’écrire du neuf quand on fait du surplace.

Ensuite parce qu’il y a des choses que je ne peux plus écrire.

Non pas que je me sente un devoir de réserve,  (je reste convaincu que je dois raconter ce que je ressens, sans me censurer)

mais simplement parce que l’existence de ce blog ne doit pas devenir une menace pour l’avenir du film.

Ce serait tout de même dommage.

Peut-être que mon père a raison, finalement.

Il ne faut jamais rien écrire qui puisse fâcher les autres.

Il ne faut jamais rien dire qui puisse fâcher les autres.

D’ailleurs, il ne faut peut-être jamais avoir affaire aux autres.

C’est plus simple.

Hier, je suis aller voir mes parents. C’était la fête des mères.

Mon père était de bonne humeur.

Je lui ai raconté mon nouveau projet de film.

Il a commencé par me faire un compliment.

Il trouvait que j’écrivais bien. Je n’ai pas compris tout de suite de quoi il parlait.

Je lui ai expliqué que ce nouveau projet n’était pas encore écrit.

Il est revenu à la charge, insistant sur le fait que j’avais un vrai style, et que si je ne réussissais pas dans le cinéma, je devrais peut-être écrire.

Alors là j’ai compris.

Il avait découvert mon blog. Et ma mère aussi.

Et là, c’est parti…

Ils me sont tombés dessus.

Cachotier. Impudique. Inconscient. Irresponsable. Intime. Mensonger. Kamikaze.

Mon père à gauche, ma mère à droite, les rafales fusaient en stéréo.

J’ai senti qu’il valait mieux pour moi que je mette fin à ce blog.

Je leur ai promis de faire attention.

De ne plus écrire d’articles personnels,

et de ne plus les mentionner dans mes articles.

En repartant, j’ai repensé à mon père,

je l’ai imaginé devant son ordinateur,

en train de surfer sur le web,

à la recherche de mon blog.

Ca m’a fait sourire.

J’espère qu’il ne m’en voudra pas trop.