Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2010 » mars » 8

Archive for mars 8th, 2010

08 mar 2010 UN PRODUCTEUR SUPERSTITIEUX
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Il y a quelques jours j’ai reçu un mail de mon producteur. On communique beaucoup par mail. (Ca nous oblige à réfléchir avant de nous parler) laissant le téléphone pour les discussions vraiment importantes. Il était sur le point d’aboutir avec un distributeur. Il était très enthousiaste. Mais comme il était superstitieux, il n’a pas voulu m’en dire plus. J’ai essayé de ne pas trop y prêter attention.

J’ai donc  passé ma semaine à faire du montage.  Monter un film, c’est compliqué et passionnant : il faut voir des dizaines de fois les mêmes scènes, tout en se mettant à la place du spectateur qui les découvrira pour la première fois. Jeter un regard neuf sur ses rushes, en essayant de gommer tous les souvenirs du tournage. Perturber la chronologie des évènements pour faire émerger un récit, une structure  et donner du sens aux images, et un rythme à l’histoire.

Quand on est le personnage principal du film, qu’on est dans tous les plans, et qu’il n’y a même pas le regard d’un monteur pour vous aider à prendre du recul, cela demande un degré de lucidité très élevé.  J’ai fini ma semaine, épuisé. Mais content.

J’ai voulu appeler mon producteur pour lui montrer le montage, mais je n’ai pas osé. J’ai préféré attendre la bonne nouvelle : il avait signé avec un gros distributeur.   J’imaginais déjà mon film à l’affiche.

J’ai attendu son coup fil. Et j’ai reçu un mail.

« Namir,

Pour pouvoir partir en tournage rapidement, voici ma proposition.

- On laisse tomber le super 16mm,  et on tourne le film avec le canon 7d (un appareil photo haute définition).  Ce n’est pas un truc de clochard mais une vraie solution pour des films difficiles comme le tien.

- On passe de 10 semaines de tournage à 8.

- Ton salaire sur l’ensemble du film passe de  21 000 à 12 000 euros.

- L’équipe passe de 7 personnes à 4. Il n’y a pas d’assistant caméra, pas d’assistant réalisateur, pas de directeur de production.

-Il n’y a pas d’éclairage ni de machinerie.

-il n’y a pas d’imprévus, pas de budget cadeaux, bakchich, ni de salaire pour aucun des personnages du film.

Dis-moi ce que tu en penses. »

J’ai relu son mail attentivement.

Il avait oublié de me dire pour le distributeur.