Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2009 » septembre

Archive for ◊ septembre, 2009 ◊

28 sept 2009 Dimanche
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Ca y est.  Les rushes sont enfin synchronisés.

Malgré les problèmes de laboratoire, de logiciel de montage qui ne gère pas bien le 24 images seconde, de la salle de montage qui n’est pas libre, de l’Aaton code qui fait des caprices, l’assistante monteuse a réussi à finir à temps pour la projection.

J’avais fixé une date de projection où tout le monde était libre.

Mais le producteur est parti au Brésil.

Le chef opérateur n’est pas rentré du Vietnam.

L’assistant caméra est resté en Corse.

L’ingénieur du son à New York.

Et la scénariste est restée coincée à Barbes.

Il faut dire que c’était dimanche.

Il me restait plus qu’à les regarder tout seul.

Ou  à aller prier à l’église.

Mais mon  église est fermée le dimanche.

On a sonné à la porte.

C’était la monteuse.

Elle venait voir les rushes.

On les a regardés avec attention. Je lui faisais la traduction.

Certaines scènes qui semblaient essentielles pendant le tournage  m’ont paru anecdotiques au visionnage. Et d’autres, totalement improvisées se sont révélé contenir le corps du film.  C’est ça qui est chouette dans les rushes :  lorsque le film se révèle là où on ne l’attend pas.

La monteuse  était très concentrée.  On a vu la moitié des rushes.

Puis en partant elle a dit que c’était bien.

Il faudra que je pense à le dire à l’équipe.

21 sept 2009 10 MINUTES
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

La vie d’un cinéaste est faite de frustrations et de joies.

Mais que serait la joie sans la frustration ?

Et quel serait le plaisir de retrouver ses rushes, sans le  risque de les avoir perdus.

On redoutait comme la peste les rayons X de l’aéroport du Caire, c’est finalement le laboratoire qui aura eu raison des rushes.

Un laboratoire très comme il faut.

Qui nous a expliqué que ça arrivait parfois que la pellicule casse dans les bains.

Que c’était peut être du fait d’avoir séjourné dans un pays chaud.

Ou simplement à cause de la fragilité de la bande.

Et voilà comment dix minutes de film ont finalement coulé dans les bains de chimie de LTC.

pellicule1 copie

Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c’est que les pellicules n’étaient pas passés au rayons X.

Aussi j’ai décidé de faire comme Scapin.

Chaque fois qu’en revenant de voyage, il prenait le chemin de la maison, il imaginait le pire : ses parents écrasés par une calèche,  sa maison en fumée, sa femme qui le trompe avec le régiment de pompiers,  sa fille violée par un berger espagnol… et quand, arrivant chez lui, il découvrait qu’il s’était fait cambrioler, il poussait un soupir de soulagement en s’exclamant à quelle point la vie était belle.

Avant de reprendre ses fourberies.

Je m’assois devant mon écran et regarde pour la dernière fois ces images qui ne feront jamais partie du film…

Ah.. Dieu que la vie est belle….

13 sept 2009 MA MERE
 |  Category: CINE BLOG  | 3 Comments

Mercredi, je suis allé rendre visite à mes parents. Je n’y vais jamais en semaine. D’ailleurs ça faisait un moment que je n’y étais pas retourné.

En voyant ma tête,  ma mère n’a même pas eu la force de me faire des reproches. Elle était vraiment triste pour moi. Cette mésaventure avec le film avait au moins un mérite : celui de nous rapprocher. Même mon père était de mon côté.

Ma mère voulait partir en Egypte avec mon père. Il rechignait. Impossible de savoir pourquoi. Il dit jamais ce qu’il a au fond du cœur, Waguih. Moi ça m’arrangeait pas trop qu’elle parte. Ca changeait mes plans par rapport à mon film, mais elle avait l’air vraiment décidée.

Elle hésitait juste sur la date du départ.  Puis elle a vu un  billet sur Egyptair  à 330 euros.  Ce dimanche.

Jamais je l’ai vue prendre une décision aussi rapidement.

Tant pis pour Waguih. Elle partait seule.

Puis elle s’est tournée vers moi :

« Namir, t’inquiètes pas pour tes rushes. Puisque Studio Masr est incapable de  te les renvoyer, je vais m’en occuper. Ils reviendront  sans passer par les rayons X. Je connais l’ancien patron de l’aéroport du Caire. Il était dans l’aviation avec Moubarak. Il doit pouvoir nous arranger ça. Quant à Studio Masr, je vais m’occuper d’eux. Non mais pour qui ils se prennent ! »

J’ai souri en pensant au bordel que ça pourrait provoquer. Puis j’ai essayé lui faire comprendre qui’l fallait faire confiance à mon producteur, il faisait tout pour récupérer les rushes dans les meilleurs délais.

«  Si tes rushes ne sont pas arrivés avant samedi, pourquoi on partirait pas les récupérer ensemble ?  Je te paye ton billet »

Je lui ai dit que j’allais réfléchir, que j’avais encore trois jours pour me décider et lui ai souhaité bon voyage . Sur le trajet, j’étais triste en pensant à ma mère. Quand elle fait pas de reproches, c’est que vraiment elle va pas bien.

Une heure plus tard, j’avais un mail de mon producteur : Les rushes venaient d’arriver au laboratoire, à Paris. On ne savait pas encore dans quel état se trouvait la pellicule, ni si elle avait été exposée aux rayons X. Il fallait encore environ une semaine, le temps du télécinéma pour le découvrir. Mais au moins elle était là.

J’ai appelé ma mère pour lui annoncer la bonne nouvelle, et la remercier de son soutien.

«  Je t’avais dit Namir… tu aurais du me laisser gérer la production de ton film !  »

J’avais retrouvé ma mère.

bébé0008

13 sept 2009 PROJECTION « TOI WAGUIH » AU CHAT NOIR
 |  Category: RENDEZ-VOUS  | Leave a Comment

Lundi 14 septembre à 20h30

Ciné-club du Chat Noir

76 rue Jean-Pierre Timbaud / Métro Parmentier

http://auchatnoir.free.fr / Entrée 3 euros

Nous accueillons deux auteurs de courts-métrages, Kartik Singh et Namir Abdel Messeeh, qui dévoilent chacun à leur manière l’inquiétante étrangeté de l’autre dans une communauté soudée par des codes, des lois, une religion, l’Histoire.

Le petit Ravi, sikh (Saving Mom & Dad) est confronté à la peur de l’enfer chrétien. Une jeune femme musulmane, voilée, est prise à partie dans une salle de classe pour ce symbole qui heurte la laïcité de l’institution (Français-langue-étrangère). Un égyptien, communiste, est emprisonné cinq années pour ses convictions politiques (Toi, Waguih). Fictions ou documentaires, les films interrogent, figurent, les traces d’un exil ancien, d’une différence jamais comblée et qui cherche à se formuler dans le monde d’aujourd’hui.

Saving Mom & Dad, Kartik Singh, 2008.

Ravi vit aux Etats-Unis et va à l’école.  Là-bas, on lui apprend que ce n’est qu’à travers Jésus qu’on peut aller au Paradis. Ravi est bien embêté car ses parents, Sikhs, ne deviendront jamais Chrétiens. Mais jusqu’où ira Ravi pour sauver ses parents ?

Saving Mom & Dad (35mm, 14’20’’, angl. STF) a plus de cent sélections à son actif, et a reçu quatorze prix nationaux et internationaux. Il est produit par Romain Bisseret, Julien Monestiez et Kartik Singh. Cadre : Christophe Larue. Montage : Louise de Prémonville. Son : Alexis Jung. Avec Aditya Bhagirath, Joachim Staaf, Nirupama Nityanandan et Kartik Singh.

Toi, Waguih, Namir Abdel Messeeh, 2005

toi waguih

« En 1959, en Egypte, plusieurs milliers de communistes furent arrêtés et envoyés dans des camps de prisonniers. Parmi eux, il y avait Waguih, mon père. Waguih ne fut relâché que cinq ans plus tard, ayant toujours refusé de renier ses idées. C’est un sujet dont nous avons peu parlé ensemble. Simplement parce qu’il ne parle pas beaucoup de lui. J’ai hérité de cette pudeur, mais aujourd’hui je veux qu’il parle. Je veux que l’on se parle ».

Namir Abdel Messeeh

Toi, Waguih est un film documentaire d’une durée de 29 minutes. Il est produit par Alter ego Productions. Image :  Nicolas Duchêne. Son :  Cédric Deloche. Montage :  Albertine Lastera. Il a reçu 7 prix dans divers festivals de cinéma.

Une soirée présentée par Avril Dunoyer, Fanny Minvielle et Loïc Barché.

08 sept 2009 L’impasse
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Cela fait aujourd’hui quinze jours que l’équipe est rentrée d’Egypte.

Et les rushes n’ont toujours pas quitté le Caire.  La pellicule n’a pas encore été développée, et reste sensible à la chaleur. Chaque jour qui passe augmente son risque de détérioration .

J’ai envoyé un mail incendiaire à Studio Masr.

Mon producteur m’est tombé dessus. Il m’a demandé de le laisser faire son travail, de faire confiance aux autres, de me reposer et de ne plus me mêler de rien.

Alors depuis, je ne fais plus rien.

02 sept 2009 Retour d’Egypte
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

Cela fait maintenant une semaine que je suis rentré d’Egypte.

Epuisé. Au point de m’endormir trois ou quatre fois par jour.

A chaque réveil, j’étais persuadé d’être  encore en Egypte et ne comprenais pas pourquoi des gens parlaient en français autour de moi.

Puis j’ai commencé à me réhabituer à la France.

Et à ne plus dormir du tout.

Il faut dire que la pellicule est restée en Egypte.  On n’a pas pu la ramener avec nous à cause des rayons X de l’aéroport qui risquaient de la voiler.

On a donc laissé nos images  à Studio MASR, pour qu’ils nous l’envoient en cargo-avion.

J’attends toujours.

Alors, la nuit, plutôt que de dormir je repense à tout ça.

En me disant que, dans le pire des cas, il me restera au moins mes souvenirs.