Warning: Missing argument 2 for wp_widget() in /home/namirade/www/wp-includes/widgets.php on line 76
L'aventure d'un film » 2009 » mai » 4

Archive for mai 4th, 2009

04 mai 2009 OSS 118
 |  Category: CINE BLOG  | One Comment

Un dîner avec un couple d’amis. Je leur parle d’un film que j’ai bien aimé :  OSS 117 .

Ils me regardent méfiants.  Je  leur certifie que le film est drôle et qu’ils vont passer un bon moment. Ils restes sceptiques.

Pour les convaincre, je leur raconte quelques scènes. Au bout de quelques secondes, je les sens se décrisper, puis sourire. A la deuxième scène, les voilà explosés de rire.

Quelques jours plus tard, je les  recroise.

- Alors  ?

- Alors quoi ?

- Oss 117. Ca vous a plu ?

Sourire gêné.

- Namir, tu sais, tu devrais faire du cinéma. Parce que quand tu nous a raconté le film, c’était beaucoup plus drôle que l’original.

Je regarde partir mes amis, feignant la tristesse pour eux, mais très heureux du compliment.

Ca tombe bien.  Je suis cinéaste.

Enfin, officiellement. C’est ma couverture.

Mon nom de code est OSS 114, je travaille pour les services secrets d’un pays que je n’ai pas le droit de citer.

Ma mère, elle, c’est OSS 73. Elle travaille pour un pays que je n’ai pas le droit de citer non plus, mais qui est ennemi du pays pour lequel je travaille. C’est un pays où les gens ne travaillent pas le samedi, se lamentent beaucoup et ne mangent pas de porc. Des fois ils font la guerre en bombardant des écoles et des hopitaux. Mais ce ne sont pas de vrais écoles, ni de vrais hopitaux. Ils parait même que les enfants morts ne sont pas de vrais enfants.   Evidemment ma mère mange du porc, et ne se lamente jamais le samedi pour ne pas se faire démasquer.

Quand j’habitais chez elle, elle voulait toujours  nettoyer ma chambre en mon absence, et ne pouvait s’empêcher de fouiller dans mes poubelles. J’ai bien essayé de cadenasser ma chambre, de lui interdire de la nettoyer, rien n’y faisait.

Au bout d’un certain temps, j’ai fini par comprendre que le meilleur moyen pour qu’elle ne fouille plus dans ma chambre, serait que je la nettoie moi-même. Mais c’était au dessus de mes moyens. J’ai préféré partir.

Maintenant j’habite avec OSS 118.

Elle me quitte le matin, devant mon écran d’ordinateur.

Et me retrouve le soir devant mon écran d’ordinateur.

A l’état de la maison, elle arrive à savoir en un coup d’oeil ce que j’ai fait de ma journée.

Ce qu’il manque dans le frigo, ce que j’ai mangé. Ce que je n’ai pas mangé.

Certains disent que l’amour est aveugle. Ils ne connaissent pas OSS 118.

Cet agent là sait tout de moi.

Enfin presque…

le-caire-nid-d-espions-copie1

04 mai 2009 Une semaine très dynamique
 |  Category: CINE BLOG  | Leave a Comment

En attendant la réponse du CNC, j’ai commencé à prendre des notes pour un nouveau projet de film.

Après des heures d’hésitations, j’ai eu envie de  relire les notes que j’avais prises pour d’anciens projets.

J’avais déjà abandonné plusieurs scénarios en cours de route sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être pour les laisser murir. Peut-être parce qu’ils ne m’étaient nécessaires. Ou peut-être aussi parce qu’écrire une fiction m’ennuie.  Très difficile de sortir des clichés et des conventions. Et je ne me sens pas encore assez sûr de moi pour m’aventurer dans des domaines plus impertinents.

Que faire ?

Les reprendre ?

Repartir sur un autre projet ?

Une histoire de fantômes ?

Non. Plutôt une comédie politique.

Ou alors une histoire biblique qui se passerait de nos jours…. Hmm….

Et pourquoi pas adaper ce roman égyptien qui me plait beaucoup ?

Et ce documentaire qui me tient à cœur  sur un camp dans une oasis en Egypte…

A moins de me concentrer sur cette entreprise dans laquelle je travaille, et sur laquelle j’ai pris un certain nombre de notes pour un film, entre fiction et documentaire…

Bon, alors sur laquelle de ces histoires j’aurai envie de passer deux, trois ou quatre ans ?

Plouf, plouf, plouf…

Ah, si j’avais un producteur…

(une semaine plus tard)

J’ai écrit trois pages.

Mangé une dizaine de tablettes de chocolats.

Et j’ai mal au ventre.

Je n’ai plus la force d’écrire quoi que ce soit.

Je trouve tout nul.

Même pas envie d’aller au cinéma.

Je crois qu’on appelle ça la déprime.